AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

 Lyn'x 2.0


rising from ashes

avatar

Voir le profil de l'utilisateur

Messages : 943
Localisation : partout
Humeur : Ronronnante

MessageSujet: Lyn'x 2.0   Sam 18 Juil - 18:54:18

Nom: /

Prénom: Lyn’x

Rang : Résistante

Age: 39 ans (soit dit an passant, la prochaine fois que vous faites prendre dix ans à mon perso, je lâche un virus genre BMR sur le forum è.é) (Et oui j’ai fait une faute mais elle est magnifique alors je la laisse xD)

Biographie : La vie de Lyn’x commence au milieu des décombres, d’une épaisse fumée post-bombardement, et de corps ensanglantés. La vie dont elle se souvient, celle qui a fait d’elle qui elle est aujourd’hui. Avec le temps, elle a appris à négliger la quinzaine d’années manquant à sa tête, ne portant plus d’importance à un passé explosé par une guerre futile. A une époque, elle aurait trouvé un pléonasme là-dedans. Guerre futile. Mais les années avaient coulées, lavant Lyn’x de certains morceaux d’elle-même, polissant les angles, érodant sa carapace.

La vie de Lyn’x commence par la mort. Celle de l’enfant qu’elle se souvient avoir porté. Toute histoire commence par un bébé. Celui-ci ne vint jamais au monde. Il resta en elle, se lovant entre les circonvolutions de son cortex cérébral, surgissant parfois dans sa conscience ou prenant le contrôle total de son corps et de sa rancœur. Il rendit les premiers mois de la jeune femme très violents. A vingt ans, sur un morceau de terre qui n’avait plus de nom, ni de forme, elle s’était transformée en tueuse psychotique. C’était le paroxysme de son désespoir, mais il passa presque inaperçu dans ces recoins abandonnés à la loi du plus fort. Elle-même se rendait à peine compte du mal qu’elle rajoutait à ce monde apocalyptique. Pourtant, lentement, elle s’apaisa. D’elle-même, elle s’efforça de reprendre le contrôle, de quitter ces lieux rebutants, de reconsidérer la vie, la sienne comme celle des autres. Elle eut plus de mal pour cette dernière.

Elle vagabonda, se mit en quête de son passé. Vivant au jour le jour, satisfaisant ses besoins simplement, usant de ses charmes et de son adresse. Ses pieds la menèrent à Muddle Island. A peine arrivée, déjà capturée. Un avenir qui lui pendait au nez depuis trop longtemps, Julian Falcon se dépêcha de rectifier ses accréditations, et prit pour elle congé de sa liberté. Les Hommes renaissent Moire et égaux, ou bien retournent à l’esclavage. Telle était la nouvelle déclaration des droits de l’Homme. Pourtant, il n’y eut rien de déplaisant dans sa nouvelle situation. Lyn’x était libre dans sa tête, et elle faisait tourner celle de son Moire. Il lui offrit un nouveau divertissement, sur du plus long terme qu’à ses habitudes. Elle pouvait assister à son jeu de pouvoir, et même toucher quelques pions. Découvrir l’île, s’amuser, et jouir impunément. Et le soir, en passant par la chatière, découvrir une gamelle bien remplie et les genoux moelleux de celui qui se croyait le maître. Le collier lui seyait si bien…

Elle apprécia cette parenthèse à son errance. Elle qui ne vivait de rien s’adapta très bien à son rôle de parure de costume trois pièces. Ce n’était pas une comédie, ce n’était pas le goût du luxe. Seulement la meilleure façon de profiter de l’instant, sans autre parti pris que celui du plaisir. Avant de repartir vers autre chose… C’est du moins ce qu’elle croyait. Car ce qu’elle ne voulait pas voir, à cette époque, c’est combien elle s’était entichée de ce petit monstre de Moire. Julian Falcon. L’ambitieux, le tortionnaire, le mégalomane au visage d’ange. Il était aussi fou, aussi isolé qu’elle. Aussi passionné et absolu. Elle savait qu’il lui appartenait autant qu’elle était sa propriété. Ils étaient addict l’un à l’autre, dans leur monde-égo.

Il lui confia des missions, elle joua à les exécuter. Parmi elles, elle dû infiltrer la résistance. Elle rencontra ainsi certains de ses grands leaders, comme Nefrit Vincendi ou Iris Sword, qu’elle serait amenée à revoir plus tard. Elle en profita pour se poser des questions sur ses convictions, mais rien de tranché ne se fit sentir. Elle n’avait pas d’intérêt à servir cette cause plutôt qu’une autre. Lyn’x ne se considérait pas comme une humaine, pas comme les autres qu’elle croisait. Elle vivait tout avec beaucoup trop de distance, comme si rien n’était réel. Elle manquait probablement d’instinct de survie, acceptant l’idée que la mort la suivait depuis toujours, comme une compagne. Elle s’était réveillée à ses côtés et l’avait emportée avec elle, partageant un bout de route. Elle ne ressentait pas  la douleur  comme inacceptable, c’était juste une manifestation de son corps, un angle différent d’introspection. Alors elle remplit sa mission à bien, car c’était ce qu’il y avait de plus excitant à faire. Et comme elle était la mieux placée pour ça, elle apporta aux Résistants les plans de la Muddle Tower. Elle n’était pas mise au courant des projets entiers, sa position étant jugée précaire. Avec Julian ils supposèrent que le bâtiment serait infiltré, et Lyn’x n’avait qu’à les orienter dans un piège à travers les couloirs imprimés blancs sur fond bleu. Suggérer certains accès, se tromper sur les tours de ronde des gardiens. Cela laissait quelques jours de marge à son Lucifer personnel pour tendre sa toile. Mais, c’était le 22 mars 2053.

Le lendemain, tandis qu’elle crapahutait sur des talons de 12 entre deux buildings, le sol se mit à trembler et un énorme fracas submergea son être tout entier. Dans sa conscience surgit l’alerte bombardement, elle fut projetée dix-huit ans en arrière lors de la guerre. Des personnes se mirent à courir autour d’elle, mais elle était paralysée. Regardant le ciel, cherchant la menace, elle vit s’élever un nuage de fumée vers le centre. Unique. Noir. Il émanait de là où on pouvait voir la Muddle Tower. Elle était pétrifiée, encore assommée  par les émotions réveillées, et tiraillée vers des questionnements. Un homme s’arrêta devant elle, si grand qu’il lui occulta la vue. Il parlait. Elle discernait son contour en négatif sur fond noir. Il lui saisit la main, la tirant de sa buée intellectuelle. Elle le reconnut alors : c’était Arman, un résistant. Son regard perçant était presque masqué par le foulard qu’il portait sur le bas du visage, mais elle ne pouvait pas se tromper avec une stature pareille.

« Faut qu’on dégage, bouge ! »

Il tenait toujours sa main lorsqu’il se mit à courir dans le sens opposé du mouvement, l’attentat attirant la foule. Elle le suivit docilement, ne sachant que faire d’autre. Il allait vite et la pressait, mais ne lâchait jamais sa main malgré les heurtes et les faufilements difficiles. Lyn’x se demandait où était Julian. Elle s’inquiétait, pour quelqu’un d’autre. Pour lui. Il devait être mort… Si c’était le cas alors autant partir. Si ça ne l’était pas, leur relation était devenue malsaine pour la féline, autant partir. C’était le moment. Elle savait qu’elle le quitterait un jour. Reprendre l’errance. Voir autre chose. C’était maintenant. Pourquoi pas suivre Arman ? Voir où cela la menait, dans l’immédiat au moins. Oui, c’était le mieux à faire. Elle stoppa subitement leur course, sous la surprise de l’homme. D’un geste habile, elle retira ses escarpins de luxe et les envoya valser dans un caniveau. Puis elle reprit sa main et ils reprirent leur fuite. Elle se sentait soudain beaucoup plus légère.
 
Ils arrivèrent à Liebe, les pieds de Lyn’x écorchés, sales et douloureux. Ça lui était bien sûr égal. Elle découvrait enfin la ville souterraine, dans laquelle par mesure de sécurité elle n’avait pas encore eu droit d’accès. Des vas et viens depuis le quartier Moire auraient été bien trop dangereux. Elle ne prit pas la peine de prévenir qu’elle aurait vendu sa position deux heures plus tôt, mais qu’à présent elle était (plutôt) de leur côté. A bien y regarder, elle n’avait finalement trahi personne. Autant se passer l’éponge, pour quelques histoires floues qui n’avaient concrètement conduit à aucune conclusion malheureuse. Pas de quoi fouetter un chat…
Elle n’avait jamais vécu en communauté. Elle réalisa qu’elle pouvait être nuisible, avec ses crises. Il y aurait des blessés, il y aurait du sang, l’élément déclencheur. Elle se bannit d’elle-même  des zones de rapiècement. C’était un premier pas vers l’empathie. Ensuite elle se rendit compte que pour mériter une place à l’abri, il fallait être utile. Mais elle n’avait aucun talent utile, sous terre. Elle se contenta dans un premier temps de livrer des informations sur Julian, puisque la cible n’avait pas été atteinte. De toute façon elle doutait que cela soit profitable, ses habitudes et ses fréquentations avaient dues changer immédiatement après l’attaque. C’est ce qu’elle espérait au fond, car elle appréciait de le savoir encore en vie, quelque part. Elle donna aussi un coup de main là où on l’appelait, rencontrant de nouvelles personnes, apprenant leur mort peu après. C’était des bribes de vie, tous les jours, qui la traversaient. Elle aimait observer ces êtres qui lui échappaient tant parfois, coude à coude avec sa copine la mort, toujours là. C’était une pause dans sa vie.

C’est aussi à cette période qu’elle fit la connaissance d’Evy, une psychologue ou anthropologue d’avant-guerre. Elle avait surpris Lyn’x lors d’une crise « contenue », ayant eu le temps de s’isoler avant de perdre totalement pieds. Evy, voyant la femme s’agiter, l’avait suivie pour la rassurer et avait finalement observé la scène de loin. Malgré le malaise de la féline à ce sujet, Evy ouvrit un dialogue très intéressant conduisant à un diagnostic qu’elle n’avait jamais envisagé : elle souffrait d’un stress post-traumatique, probablement aggravé par son amnésie. Ce qui était bien moins incontrôlable et surtout inéluctable qu’une psychose. Elle n’avait en revanche pas la moindre envie de repenser à tout ça, ni risquer de perdre sa plus fidèle amie, aussi fictive soit-elle : la voix de Trésor. Donc pas de thérapie, merci. Ça allait déjà beaucoup mieux…

Puis ils fuirent, encore, s’engageant dans les profondeurs de la forêt. Il n’y avait nulle part ailleurs où aller, le reste du monde était peut-être pire, ce qui décida Lyn’x à s’engager pleinement. Tout était à faire, ce qui lui permit de trouver sa place. Elle n’était pas une forte, ni une stratège. Mais elle préférait s’investir dans la lutte que dans la tenue du camp. Son truc à elle, c’était s’immiscer partout, et avec du charme. C’est une extorqueuse. Et puis elle avait besoin de bouger, sortir du camp. Surtout qu’elle se tenait à l’abstinence, songeant quels conflits elle pourrait engendrer si elle gardait son appétit pour les rapports humains très rapprochés. En petit groupe, il y aurait forcément des liens de créés, des habitudes de prises, et de la jalousie. Même pire, elle devrait garder le même amant tous les jours ! Très peu pour elle, elle préférait encore se ceinturer. Elle se porta donc volontaire pour des missions.

Cependant les déplacements furent bientôt encore plus réduits, suite à l’instauration du laisser-passer électronique (faudrait un nom plus court pour ça tiens). Elle n’avait plus le choix : pour se balader, elle devait afficher un statut d’esclave irréprochable. Elle sélectionna quelques Moires intéressants qu’elle avait croisés lors de ses escapades : pas trop importants, pas trop sadiques. Juste de quoi s’assurer une liberté de passage dans les quartiers de moindre affaire, sans risquer d’abimer sa fourrure. Elle voulait surtout éviter de s’approcher du Grand Méchant Loup, qui rôdait sûrement près du pouvoir, et dont elle n’imaginait pas la réaction s’ils devaient se revoir. Et puis elle se fit alpaguer innocemment par sa cible, obtenant des papiers tous neufs à un nom d’emprunt : Cathyrie Montaget.  C’était la partie fingerinthenose du plan. Pour éviter de se faire directement remarquer, Arman devint son contact avec la Ferme, se rencontrant sur le Marché Noir exclusivement. Ils se fixaient un nouveau rendez-vous à chaque entrevue, plus ou moins espacés selon l’avancement de sa mission. Elle dû premièrement trouver un local, dans une zone où son passage ne ferait pas d’esclandre, qui soit oublié de Muddle. Elle fouina au port, et dégota une planque acceptable : dans un coin sombre, où les lampadaires n’alimentaient plus que des ampoules cassées, se nichaient les uns sur les autres des containers abandonnés. Il n’y avait presque plus d’échange  de marchandises avec le reste du monde, pas dans de si grandes proportions. Ils étaient probablement stockés là depuis plus de dix ans, et allaient doubler leur retraite. Elle s’installa au premier étage, aménageant une trappe au plafond d’un container de rez-de-chaussée, et aurait dû en faire une autre de secours. Mais sa patience avait jaugé sa scie sauteuse et l’avait licenciée. Elle avait réussi à se connecter à l’alimentation d’un réverbère, faisant passer discrètement un câble à l’intérieur de son abri.  Ensuite, elle avait commencé à amasser du matériel. Tout ça grâce aux instructions et remarques précieuses écrites sur les mots que lui passait Arman. Ça avait été éreintant, exaspérant et ennuyant, mais elle avait tenu bon en se projetant dans son bonheur futur à narguer les gardiens avec des petites cartes trafiquées de ses doigts. Elle avait mis presque un an, depuis son asservissement jusqu’à maîtriser la fabrique des faux papiers, à devenir opérationnelle. Et c’est ainsi qu’elle s’occupa, malgré sa lassitude au jeu de la petit esclave, durant plusieurs années.

Lorsque le premier esclave de la maison mourût, le maître de Lyn’x préféra lui faire prendre des cours de cuisine que d’en racheter un. Elle n’y allait pas de bon cœur, jusqu’à ce qu’elle fasse une rencontre très intéressante. Une personne surprenante, une absolue elle aussi, nommée Lucrezia. L’affection de la féline pour elle était sincère, bien que ses paroles tiennent plutôt de l’affabulation, et elles devinrent si complices qu’elles échangèrent même  leurs bagues. Quelques mois plus tard, le maître succomba à une maladie terrible. Finalement, la cuisine, c’était sympa.
 
Lyn’x put rentrer au camp quelques temps, revoir les têtes connues qui n’étaient pas encore tombées, se balader sans papier la journée, s’endormir sans avoir l’impression d’avoir été piétinée par un buffle. Elle était partie vite mais avait ramené quelques souvenirs utiles. Puis on lui proposa d’y retourner avec une meilleure couverture, un moire qui n’aimait pas les moires, avec qui il n’y aurait qu’à faire semblant. Elle accepta, commençant à tourner en rond les pieds nus dans la mousse. De toute façon elle devait reprendre l’atelier de faussaire. Elle eut donc un rendez-vous, donné dans la salle de jeux clandestine à Ourania. Le moire devait avoir préparé des papiers à son nom officiel pour qu’elle puisse immédiatement circuler à son gré. Et il ne saurait rien de ses missions, donc pas besoin de sympathiser. Mais lorsqu’elle se pointa au lieu de rencontre, elle tomba totalement des nues en reconnaissant une ancienne liaison turbulente qui n’avait jamais vraiment pris fin : Kyoran Gweria. Inutile de penser que son passé venait soudain de la rattraper avec une grande claque, la personne qu’elle avait en face d’elle ne ressemblait en rien à celle de ses souvenirs, et les deux femmes eurent du mal à recréer un dialogue. L’accord tenait toujours et au fond, Lyn’x appréciait l’idée de réapprendre Kyoran. Elles conclurent un accord tacite de ne se poser aucune question sur leurs activités clandestines, et de ne pas chercher à les découvrir. Cela fait maintenant plusieurs mois qu’elles cohabitent sous le toit Gweria, et quelques tensions sont encore tangibles dans le couple. Néanmoins, elles ont réussi à trouver une forme d’intimité en tâtonnant, et se redécouvrent lentement.

Physique (minimum 10 lignes) : Perchée sur de longues jambes, la silhouette fine se brise au niveau de la taille puis se disperse entre deux épaules rejetées fièrement en arrière. Le visage, masqué d’une expression indéchiffrable, surplombe gracieusement son cou étroit, enveloppé d’une vapeur blonde et ondulante. Ses yeux verts brillent  sous des cils étirés aux coins de ses paupières en amande. Ses lèvres charnues évoluent au gré de ses  mimiques, tantôt tendres et accueillantes, tantôt mutines et mystérieuses. Une peau halée et douce tapisse une chair fine et ferme qu’elle se résout à entretenir, car sa beauté est son premier outil. Seules trois petites cicatrices parallèles osent perturber le lustre de son derme dans le creux de ses reins. Elle a l’allure d’une panthère, souple et dangereuse, patiente, contrôlant chacune de ses impulsions pour cerner sa proie.
Ses tenues s’accordent à son environnement, préférant être chic et haut perchée en ville, et plus décontractée et naturelle au camp. C’est une passe-partout, s’adaptant à chaque changement, à chaque objectif, à chaque interlocuteur. Tant et si bien qu’elle ne sait même plus être spontanée.

Caractère : La vie étant devenue brutale pour ceux qui ne mutaient pas, Lyn’x s’était transformée en une créature égocentrique, fière et détachée de tout. Son indifférence était sa forteresse, derrière laquelle elle s’est retranchée pendant presque quinze ans pour ne pas souffrir. Elle s’obligeait à jouir de chaque expérience qu’elle faisait, ou qu’on pouvait occasionnellement lui imposer. Ne jamais montrer ses faiblesses pour ne pas être humiliée. C’était sa façon d’être libre, à l’intérieur. Inatteignable. Son unique but était de ne pas s’ennuyer. Elle ne s’attachait à rien ni personne, traitant le monde comme un terrain de jeu. Mais le temps a passé, et l’a malgré elle encore un peu transformée. Sa carapace s’est fendillée. Le premier coup de marteau-piqueur étant porté par un être aussi détestable que désirable. Son premier véritable lien, la rattachant à la réalité. Le second coup fut donné par la Résistance, ouvrant la porte à une multitude de sentiments oubliés : la fratrie, la révolte, l’accomplissement, l’héritage… Tout ceci dans des proportions encore légères, mais belles et bien présentes, la poussant vers l’autre, à ne plus considérer chaque personne comme une simple souris.
Le caractère de Lyn’x comprend aussi celui de « Trésor », un son narquois et querelleur qui se tient sage la majorité du temps, et qui reprend le pas sur elle lorsqu’elle est dépassée par la peur et l’adrénaline, la rendant violente. Mais elle se maîtrise de mieux en mieux.

Autre (Détail particulier ou Information Spéciale) : /

Avatar (Nom de la célébrité choisie) : Vanessa Lorenzo

Désolée pour le début de bio pathétragique, passage obligé u.u
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Kyoran Gweria

Killer Babe


Voir le profil de l'utilisateur

Messages : 3781
Humeur : Massacrante

MessageSujet: Re: Lyn'x 2.0   Dim 19 Juil - 10:16:34

Et bien pour moi tout est parfait dans cette fiche!  J'ai tellement aimé te lire et redecouvrir Lyn'x... un sacré personnage que tu as là! 
Je te valide donc ! 
À très vite ma Douce





KLIK KLIK KUSSEC:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Voir le profil de l'utilisateur

Messages : 943
Localisation : partout
Humeur : Ronronnante

MessageSujet: Re: Lyn'x 2.0   Dim 19 Juil - 10:27:22

Evidemment, que tout est parfait 8) 
Non, Iris ne déteint pas du tout sur moi, jvois pas de quoi vous parlez

Merki! Y'a intérêt que ce soit vite :p
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Iris Sword

Public Enemy


Voir le profil de l'utilisateur

Messages : 6210
Localisation : La Forêt est mon amie
Humeur : Sanglante

MessageSujet: Re: Lyn'x 2.0   Dim 19 Juil - 10:31:58

C'est toujours un plaisir de te lire! Je suis tout  particulièrement fan de tes expressions! (10 points licorne pour la demoiselle!)

Si je deteins sur toi c'est uniquement pour ton bien!  8)




Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Pandora Daumier

Moire Résistante


Voir le profil de l'utilisateur

Messages : 2473
Localisation : Dans la forêt
Humeur : Quand nous sommes-nous perdus ?

MessageSujet: Re: Lyn'x 2.0   Dim 19 Juil - 12:19:10

Je plussoie Iris ! Ces trouvailles linguistiques sont délicieuses. T'écris de ces formules, c'est détourné, plein d'humour et d'intelligence, j'adore.

Re-bienvenue


Revenir en haut Aller en bas
avatar

Voir le profil de l'utilisateur

Messages : 943
Localisation : partout
Humeur : Ronronnante

MessageSujet: Re: Lyn'x 2.0   Dim 19 Juil - 12:46:01

Han, merci! ❤
*sort ses lunettes de soleil*
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Voir le profil de l'utilisateur

Messages : 5475
Localisation : Près d'une bouteille
Humeur : Alcoolisée

MessageSujet: Re: Lyn'x 2.0   Dim 19 Juil - 13:46:53

C'est toujours un régal de te lire, Re-bienvenue Lyn'x ;)
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Elsie Bird

Moineau en Cage


Voir le profil de l'utilisateur

Messages : 33
Localisation : sur l'île.
Humeur : (◑ω◐).

MessageSujet: Re: Lyn'x 2.0   Lun 20 Juil - 9:40:11

    La même, c'est trop cool de découvrir vos personnages ! *^*
    Rebienvenue !! <3
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé






MessageSujet: Re: Lyn'x 2.0   

Revenir en haut Aller en bas
 Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Muddle Island :: ADMINISTRATION :: Les personnages :: Présentations :: Fiches des humains-
Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum